La boutique de ZAZA
  Accueil » Catalogue » Littérature » Femmes dominatrices » BOO-510 Mon compte  |  Voir panier  |  Commander   
Recherche rapide
 
Recherche avancée
Articles
 Les DVD
 Films érotiques
 Accessoires & sextoys
 Littérature
  Femmes dominatrices
  Femmes dociles
  Manuels et guides
  Ecrits de femmes
 Bandes Dessinées
 Beaux Livres
 Revues
 Catalogues papier
 Mode femme
 Mode homme
 Mode travesti
 Lingerie
 Vêtements sensuels
 Tenues de soubrette
 Tenues d'étudiante
 Tenues de Sissy
 Vêtements vinyl
 Vêtements cuir
 Vêtements simili cuir
 Vêtements latex
 Corsets
 Grandes tailles
 Chaussures
 Perruques
 Bijoux érotiques
 Huiles de massage
 Hygiène féminine
 Lubrifiants et gels
 Poppers
 Stimulants sexuels
 Préservatifs
 Piles pour sextoys
 Les petits prix
 Cassettes vidéos
 Téléchargement de films
 Zaza vous conseille
Nos nouveautés plus
La Vénus à la fourrure DVD Primé au festival de St-Pétersbourg
La Vénus à la fourrure DVD Primé au festival de St-Pétersbourg
29,00 €
Zaza vous conseille
La vénus à la fourrure DVD Homme soumis par une femme
La vénus à la fourrure DVD Homme soumis par une femme
29,00 €
Les promotions plus
Harnais de soumis pour pénis testicules et tétons
Harnais de soumis pour pénis testicules et tétons
39,00 €
19,50 €

Dressage par Bernard Montorgueil - 5 histoires de dominatrices

BOO-510
8,95 €     en stock en stock    

Tous les adorateurs des femmes dominatrices ont lu ou doivent lire Dressage suivi de Une brune piquante et Les quatre jeudis suivi de Barbara ; des ouvrages cultes dont les rééditions vont se succéder jusqu’à ces dernières années où ils étaient devenus introuvables. Aujourd’hui, ces 4 textes cultes de Bernard Montorgueil sont enfin réunis et réédités dans un livre sobrement intitulé Dressage qui regroupe donc les textes suivants : Dressage, Une brune piquante, Les quatre jeudis, Barbara, et un cinquième texte de domination féminine de Bernard Montorgueil. Le receuil Dressage est un hymne à la femme dominatrice dressant les hommes pour son propre plaisir. Dans l’œuvre de Montorgueil, les hommes deviennent des distractions et des objets de luxure pour les femmes. Bernard Montorgueil réussit à mettre en exergue toute la féminité des hommes lorsqu’ils sont dominés par des femmes. Cambrés, souvent parés d’un corset, de bas ou d’escarpins, les soumis offrent des splendides érections face aux femmes qu’ils vénèrent avec un regard humide fait d’admiration et de crainte. La femme est divine et divinisée, l’homme est sa source de satisfaction charnelle. Les extraits de Dressage que nous vous proposons reflètent toute la richesse allégorique des personnages de Bernard Montorgueil. Bernard Montorgueil fait partie des rares auteurs qui savent susciter l’émoi érotique des femmes en leur narrant les délices procurés par de beaux hommes entièrement dévoués à leur bien-être. Bernard Montorgueil offre aux femmes l’image d’un monde onirique parfait... à leur portée. Morceau choisi extrait de Dressage : “- Levez-vous, maintenant, et venez ici. Subjugué par l’austère autorité qui émanait de la belle Polonaise, il obéit. Quand il fut à portée, elle lui prit la verge qui était toute molle et, sans brusquerie, le tira pour le placer contre elle dans une position commode. Puis, posément, elle commença de le masturber. Aussitôt l’érection se produisit. - Oh, Madame ! qu’est-ce que vous me faites ? - Ne le sentez-vous pas ? - Il ne faut pas, voyons... ce n’est pas convenable ! - Ce n’est pas bon ? - Je ne dis pas, mais... - En tout cas, c’est joli, je pense ! Regardez dans la glace... Vous tout nu, moi toute habillée... c’est encore plus excitant qu’un dessin, n’est-ce pas ? Vous qui vouliez tant les voir dans l’album, il paraît ! - Non... il ne faut pas continuer ! Sans ça... - Quoi donc ? - Je ne pourrai pas retenir. Il ne faut pas ! - Mais justement, ne vous retenez pas. Mademoiselle a commandé que je vous soulage. Vous voyez bien que vos organes sont tout pleins. Vous ne supporteriez pas le caleçon. - Je ne veux pas... C’est trop vicieux... - Vous devez obéir. Et même, il ne faut pas que ça dure trop, parce que je ne dois pas vous vider à fond. Alors... le donnez-vous ? Ça vient ? Le garçon résistait encore, non certes par vertu, mais parce qu’il redoutait la suite, qu’absurdement il espérait retarder. Alors, Madame Beck dit à la femme de chambre : - Frédérika, passez donc derrière lui pour le tenir. Moi je vais placer mon pied sur le tabouret pour que ma jambe soit encore mieux en valeur... comme ceci... avec ma bottine tout près de sa chose... Ce sera plus excitant, n'est-ce pas ? Voyez. Hélas, l’imprudent, il regarda ! Et devant l’image offerte, il sentit aussitôt qu’il allait succomber. En vain, il supplia : - Non ! Arrêtez ! Je ne peux plus ! Sous l’inexorable manipulation, il éjacula enfin. - Attention de ne pas en envoyer sur ma bottine, mignon ! Sinon, je vous la ferai nettoyer avec votre langue ! Mais elle ne disait cela que pour l’affoler davantage et, soigneusement, elle dirigea les jets sur le mouchoir préparé. Quand ce fut fini, elle lâcha le garçon. Assommé par la volupté trop forte, il restait sur place, un peu vacillant. - Allons, réveillez-vous ! Il ne s’agit pas de rêvasser comme ça. Venez par ici, maintenant. Craintif, il s’avança vers le banc près duquel elle se tenait. Aussitôt saisi par ses menottes, il dut se courber. - Etendez-vous... Mais non, voyons, pas sur le dos ! Vos fesses en l’air, pour les orties. Afin de l’immobiliser, elle s’assit de tout son poids sur ses épaules. Alors la femme de chambre s’avança, armée du redoutable bouquet, et, à coups légers, commença de lui fustiger le haut des cuisses et de la croupe. D’une main, elle écarta même les fesses pour traîner les feuilles dans la fente. Presque immédiatement, la cuisson devint intolérable. Le garçon se mit à gémir mais, bien entendu, en vain et, force lui fut de subir l’application jusqu’au bout. - Oh... ça me cuit ! C’était dit si drôlement que les femmes éclatèrent de rire. L’intendante répliqua : - Ça vous cuira bien mieux tout à l’heure, mon mignon ! Pour le moment, tournez-vous sur le dos... et montez vos genoux. Il faut que je vous entre le petit suppositoire.” Morceau choisi extrait de Barbara : “- Demandes-tu encore à m’adorer ? - Oui, ma Reine, mon Idole bottée, ma Dominatrice ! Alors elle le détacha. En chancelant, il se redressa, puis aussitôt, se prosterna. Passionnément il lécha et caressa les bottes, jouissant délicieusement de ce répit dans ses souffrances. - Mes pieds seulement, mes chevilles si tu veux, mais je t’interdis de monter plus haut. À sentir cet hommage, déjà Barbara s’énervait. Plusieurs fois, par-dessus sa robe, sa main s’était égarée sur son sexe et elle s’était surprise à se caresser. Ne voulant pas avoir à surveiller l’esclave, elle alla prendre une longue laisse qu’elle fixa sur l’anneau qu’il avait aux testicules. Puis, après l’avoir passée sous l’un des étriers qui étaient scellés au sol, elle alla vers le banc où elle comptait s’asseoir, tira lentement pour forcer le malheureux à s’agenouiller et fixa au banc l’autre extrémité. Alors, revenant se placer derrière lui, elle recommença à le flageller. Cette fois, elle avait relevé sa robe, ôté son gant et se masturbait sans arrière-pensée. Parfois elle s’approchait du supplicié et, du bout de sa botte, provoquait sa virilité. Puis, pour donner au désir le temps de s’exaspérer elle alla s’étendre à demi sur le banc et, se découvrant jusqu’au ventre, insolemment, face à l’esclave qui bandait, elle se branla. Ce supplice du désir la surexcitait. - Vois, disait-elle, comme je suis mouillée ! Regarde mon sexe qui est interdit pour toi. Te voilà encore impuissant ! Je t’ai flagellé. Tu bandes. Tu admires Barbara-la-Dominatrice. Tu voudrais lui témoigner ta force de mâle. Et, sous tes yeux, c’est elle qui prend son plaisir ! Elle seule ! Est-ce que vraiment tu voudrais mettre ton membre dans mon sexe ? Ici... regarde... entre ses lèvres humides et musclées... Ce serait bon, n’est-ce pas, si je permettais ? Mais, vois-tu, je ne suis pas décidée à permettre. Pour le moment, je me caresse moi-même, je m’excite à suivre ton supplice. Et je ne sais pas du tout si je vais jouir avec mon doigt ou si je prendrai ta queue. Qu’en penses-tu, dis ? Ah... Que c’est bon... D’ailleurs, si je daignais me servir de ton membre, tu ne jouirais pas pour cela, toi ! Dès que je t’aurai employé, je t’expulserais. Jamais un esclave ne décharge dans le sexe de sa dominatrice. C’est déjà assez si elle l’autorise à éjaculer entre ses bottes ou sur ses gants !... Tiens ! Ça t’excite, cette idée ? Approche-toi un peu alors, tu verras mieux. Et, lâchant un peu la laisse, elle lui donna la possibilité de venir près d’elle. - Tu es mieux là, n’est-ce pas ? Tout près de moi... Tu pourrais presque me toucher avec ta queue ! Essaye, un peu... Comme tu es près ! Il s’en faut d’un rien. Puis, en éclatant de rire, elle reprit soudain la longueur qu’elle avait donnée. Tiré en arrière, par les testicules, l’esclave dut se reculer précipitamment. Barbara continua de se caresser. - Si tu savais comme ça m’excite de me branler comme ça devant toi ! Et pourtant, d’avoir presque senti ta queue, ça m’en a donné envie. Je me demande ce que je vais décider pour jouir. Ma main... ? Ton membre... ? Ah ! Tant pis ! Je ne veux plus attendre. Je vais me servir de toi. Elle lâcha la laisse complètement et s’avança tout au bord du banc, les cuisses impudiquement écartées.” La fin des années 70 a été marquée par les premières médiatisations de la femme dominatrice, aboutissement d’un phénomène de libération des mœurs où l’hétérosexualité, l’homosexualité et l’échangisme s’étaient émancipés. Au cours de cette décennie, les queues se formaient sur les Champs-Elysées, pour assister aux projections des premiers films pornographiques, dont beaucoup de productions françaises qui dépassaient fréquemment le million d’entrées. Les clubs échangistes naissaient dans tous les pays occidentaux, atteignant à leur apogée des dimensions pharaoniques (et jamais retrouvées) dans des villes comme New York. Une musique nommée disco envahissait des temples de lumière baptisés discothèques, le disco célébrait l’image de la femme sexy et fatale parée de vinyl noir brillant. Amanda Lear apparaissait en cuissarde de cuir et en débardeur déchiré sur la pochette de son tube planétaire Follow me. En Angleterre, Malcom Mc Laren, le manager des Sex Pistols, avait recours aux accessoires sadomasochistes pour créer l’imagerie punk : les punkettes londoniennes arborant un collier clouté autour du cou et une paire de menottes à la taille. Au cinéma, Barbet Schroeder tournait le célèbre Maîtresse avec Gérard Depardieu et Bulle Ogier dans le rôle d’une dominatrice. Alors, en 1979, le quotidien Libération salue d’une double page la publication de textes et de dessins glorifiant la suprématie féminine, œuvres d’un auteur jusqu’alors totalement inconnu : Bernard Montorgueil. Grâce au livre Dressage, vous allez pouvoir découvrir ou redécouvrir 4 textes marquants de l’œuvre de Bernard Montorgueil. Un livre qui plaira aux hommes soumis et aussi, surtout, aux femmes dominatrices. Ce livre de domination féminine est livré en 48 heures (jours ouvrables) par la boutique de ZAZA laboutiquedezaza.fr la célèbre boutique SM et fétichiste française. Vous pouvez aussi venir acheter ce livre avec des Maîtresses d'hommes soumis dans notre très discrète librairie fétichiste à Nantes près de la gare. Dressage est un recueil sans illustrations de 248 pages.

Un achat chez Zaza c'est acheter sereinement vos articles érotiques en vente dans une boutique établie depuis 1997
8,95 €     en stock en stock    
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Chaîne de taille ou de hanches pour femme érotique Jewels
Chaîne de taille ou de hanches pour femme érotique Jewels
* Catalogue érotique et fétichiste GRATUIT La boutique de Zaza
* Catalogue érotique et fétichiste GRATUIT La boutique de Zaza
Guide du point P – pour enculer un homme en l’excitant
Guide du point P – pour enculer un homme en l’excitant
L’initiation de Clanddi - DVD chic de jeunes Françaises soumises
L’initiation de Clanddi - DVD chic de jeunes Françaises soumises
Q - Une jeune soumise et une jeune dominatrice en France
Q - Une jeune soumise et une jeune dominatrice en France
Histoire de Jade - Jeune Française soumise à 19 ans
Histoire de Jade - Jeune Française soumise à 19 ans
Noir - Homme soumis enculé par Maîtresse Manuela en DVD
Noir - Homme soumis enculé par Maîtresse Manuela en DVD
L’initiation de Claire - Beau DVD de jeune Française soumise
L’initiation de Claire - Beau DVD de jeune Française soumise
Maîtresse - Une dominatrice sadomaso à Paris - Film SM en DVD
Maîtresse - Une dominatrice sadomaso à Paris - Film SM en DVD
Commandez par telephone au 02 40 29 21 88
Panier plus
vide
Newsletter
Venez faire vos achats dans notre boutique a Nantes
Catalogues fétichistes gratuits
Téléchargez nos catalogues
Recevez un DVD gratuit
Paiement securise
Livraison 48 heures
Livraison en poste restante
Cliquez ici afin de recevoir chez vous gratuitement le catalogue de La Boutique de Zaza
Qui sommes-nous? | Livraisons et frais de port | Paiements | Notre service après vente | Nos liens | Crédits | Conditions générales de vente
Comment passer une commande ?

Site réservé aux adultes - Protection des mineurs par étiquetage ICRA