La boutique de ZAZA
  Accueil » Catalogue » Littérature » Femmes dociles » BOO-140 Mon compte  |  Voir panier  |  Commander   
Recherche rapide
 
Recherche avancée
Articles
 Les DVD
 Films érotiques
 Accessoires & sextoys
 Littérature
  Femmes dominatrices
  Femmes dociles
  Manuels et guides
  Ecrits de femmes
 Bandes Dessinées
 Beaux Livres
 Revues
 Catalogues papier
 Mode femme
 Mode homme
 Mode travesti
 Lingerie
 Vêtements sensuels
 Tenues de soubrette
 Tenues d'étudiante
 Tenues de Sissy
 Vêtements vinyl
 Vêtements cuir
 Vêtements simili cuir
 Vêtements latex
 Corsets
 Grandes tailles
 Chaussures
 Perruques
 Bijoux érotiques
 Huiles de massage
 Hygiène féminine
 Lubrifiants et gels
 Poppers
 Stimulants sexuels
 Préservatifs
 Piles pour sextoys
 Les petits prix
 Cassettes vidéos
 Téléchargement de films
 Zaza vous conseille
Nos nouveautés plus
Exhibition 2 DVD Documentaire sur une Maîtresse française
Exhibition 2 DVD Documentaire sur une Maîtresse française
35,00 €
Zaza vous conseille
Les anges exterminateurs Filles qui s'exhibent et se masturbent
Les anges exterminateurs Filles qui s'exhibent et se masturbent
29,00 €
Les promotions plus
Shorty fendu ouvert au sexe et à l’anus Ann - Très chic
Shorty fendu ouvert au sexe et à l’anus Ann - Très chic
25,00 €
12,50 €

Début - Livre SM écrit par une femme soumise française bretonne

BOO-140
19,00 €     en stock en stock    

Françoise Allain a rédigé Début, le récit autobiographique de sa découverte du sadomasochisme. Début est le témoignage véridique d’une plongée en apnée dans un océan de plaisir agité par les flux et les reflux de l’obéissance. L’auteure se dévoile totalement dans ce livre sincère où son cœur palpite d’un indicible amour. Au fil des jours, elle raconte comment l’homme qu’elle aime devient son directeur, son professeur, son Maître, mot qu’elle prononce toujours difficilement ne voulant dépendre de personne... et pourtant, elle lui obéira aveuglément. Françoise Allain est médecin dans le Finistère et sexo-analyste à Paris. À ceux qui émettraient des doutes sur cette soumission, à ceux qui ne croiraient pas à l’authenticité des faits, à ceux qui imagineraient que des pages aient pu être romancées, Françoise Allain répond avec bonheur et légèreté. Zaza - Début est un récit autobiographique ? Françoise Allain - Tout à fait, Début est entièrement autobiographique, je ne renie absolument rien de ce que j’ai écrit. Je ne regrette rien et je recommencerais certainement cette expérience si elle devait se reproduire. Elle m’a permis de me poser beaucoup de questions vis à vis de ma vie, vis à vis des autres et vis à vis de mon métier. Extrait de Début : “Il m'en avait fallu de la patience pour vaincre les tabous de la sodomie, pour qu'il accepte de mettre un doigt puis deux puis de forcer mon anneau qui ne demandait pourtant que cela. Avait-il pris du plaisir à me sodomiser ?” - Vous semblez particulièrement apprécier les plaisirs de la sodomie. - J’avais une quinzaine d’années lorsque j’ai été initiée la sodomie. À l’époque, il n’y avait pas la pilule et l’avortement était interdit alors c’était une manière de ne pas risquer d’être enceinte. J’ai eu la chance de connaître un homme qui a su me la faire découvrir, et dès lors j’y ai pris beaucoup de plaisir. Extrait de Début : “Ensuite, il décida que je ne porterai plus de culottes”. - Que ressent-on lorsque l'on ne porte plus de petite culotte ? Quel plaisir éprouvez-vous lorsque votre secret est découvert par un inconnu ? - Et si par hasard un inconnu s’en aperçoit, qu’importe ! Je me sens tellement plus libre, tellement plus puissante. Je trouve cela extraordinaire d’être toujours prête à tout puisque j’ai toujours la liberté de dire non. Extrait de Début : “Au fil des jours, il devenait mon directeur, mon professeur, mon Maître”. - Comment expliquez-vous qu'une femme puisse se laisser guider et dominer par la seule voix d'un homme au téléphone ? - Tout simplement parce qu’elle lui fait confiance. Et puis, parallèlement, j’avais aussi envie de franchir des tabous et des interdits. - Votre première rencontre se déroule dans une chambre d'hôtel où vous devez entrer les yeux bandés pour vous livrer à un homme que vous n'avez vue qu'une seule fois plusieurs mois auparavant. Qu'est-ce qui vous pousse à vous soumettre aux désirs de cet homme ? - Je n’étais pas soumise à ses désirs, c’est moi qui en avais envie et il a simplement su le deviner. Extrait de Début : “Tu seras mon œuvre, ma plus belle réalisation”. - Vous n'avez pas un peu peur lorsque votre Maître vous dit qu'il va vous façonner ? - Non, car j’avais l’impression d’être inachevée et je conservais toujours la possibilité de casser le moule qu’il réalisait. Extrait de Début : “Un homme qui s'occupe du plaisir des femmes, ça existe ?” - Vous n'en aviez jamais rencontré ? Qu'avez-vous pensé quand votre amant vous a pincé pour la première fois les tétons et le clitoris ? - J’avais déjà rencontré un homme de ce genre quand j’étais très jeune. J’ai d’ailleurs raconté cette aventure dans Début. Lorsqu’il a pincé pour la première fois ces zones érogènes, j’ai pris énormément de plaisir et je savais qu’il le faisait pour moi, pas pour lui, pour me donner du plaisir. Et c’était vrai ! Extrait de Début : “Je me rendais compte combien jusqu'ici je n'avais vécu que de petites expériences minables, de coïts ratés, d'orgasmes à demi-simulés, de frustrations refoulées”. - Qu'aimeriez-vous dire aux femmes qui n'ont pas encore découvert le véritable plaisir lors des jeux érotiques amoureux ? - De continuer à y croire et de faire en sorte que cela puisse arriver car ce n’est pas si compliqué. Il existe des tas de façons de parvenir à ce plaisir. Extrait de Début : “J'avais l'intuition qu'il allait me servir de fil d'Ariane, de guide, de Mentor, pour m'aider à me réaliser, sublimer mon être, m'obligeant à franchir les épreuves, tel Hercule et ses travaux pour en ressortir à chaque fois plus forte”. - En fait, les femmes soumises se servent des maîtres pour trouver la voie du plaisir ? - Tout à fait, tant qu’on se situe dans le contexte du sadomasochisme et non dans le sadisme qui est complètement différent. Le sadomasochisme est effectivement une façon de sublimer la femme. Extrait de Début : “Je pouvais enfin exprimer mon désir en me caressant longuement ou, au contraire, en me réfrénant, s'il me l'avait ordonné”. - Que ressent-on lorsque l'on reçoit l'interdiction de se masturber ? Est-ce frustrant ou stimulant ? - Les deux. Bien sûr, c’est très frustrant mais la frustration est un plaisir à partir du moment où l’on sait qu’il va se produire autre chose. Extrait de Début : “Il ne me délivra qu'au matin”. - Que ressent-on lorsque l'on est attachée toute une nuit à côté de son amant ? - On se pose beaucoup de questions. On a confiance. On sait qu’il ne peut rien arriver. On se sent dans une bulle. On est bien. On atteint une certaine quiétude. On est en attente de ce qui va arriver... qui n’arrivera peut-être pas. Mais on pense que cela va arriver, on en est même certaine. C’est quelque chose d’extraordinaire. Extrait de Début : “Je t'aime J'aime que tu m'encules J'aime te savoir là tout près de moi J'aime savoir que je t'appartiens J'aime dépendre de toi et t'attendre J'aime attendre que tu disposes de moi Bises partout Ton esclave F.” - En rendant public ce genre de “poème”, il y a une certaine part d'exhibitionnisme, non ? Ou bien est-ce seulement une preuve d'amour pour votre Maître ? - Bien sûr, il y a de l’exhibitionnisme et c’est aussi une preuve d’amour. Ce poème sert surtout à dédramatiser les choses car il n’y a rien de plus beau que d’aimer quelqu’un. Toutes les histoires de cul passent par l’amour, même pour une heure, même pour une minute. Je crois que la plus belle locution de la langue française est quand même : “ Je t’aime ”. Extrait de Début : “J'étais reine d'un royaume interdit. Reine parce qu'esclave de mon propre gré”. - Qu'avez-vous envie de dire aux femmes qui hésitent à tenter une expérience de soumission ? - Le plus difficile est sûrement de bien choisir son partenaire. Mais une fois celui-ci trouvé alors tout est permis. En ce qui concerne mon expérience, je n’avais rien à perdre. Je savais aussi que j’étais assez forte pour dire non si ça n’allait pas. - Vous avez découvert l'amour au féminin avec votre amie Alice, qu'appréciez-vous particulièrement lorsque vous faites l'amour avec une femme ? - Je n’ai pas vraiment découvert l’amour au féminin avec Alice car j’avais déjà eu à 20 ans une expérience avec une femme. J’ai connu une autre aventure avec cette femme allemande qui était si jolie, je la raconte dans les premières pages de Début. L’amour avec une femme : c’est la douceur, c’est la tendresse, la confiance, la féminité... Extrait de Début : “J'ai dans la tête le matin où j'ai étrenné ce collier. La femme de chambre de l'hôtel n'avait pu que le voir car il m'avait interdit de rabattre le drap quand elle avait apporté le petit-déjeuner. J'étais nue, et venais de recevoir une volée de coups de cravache. Je ne l'ai pas regardée. Elle n'a rien dit. Peut-être en a t'elle eu envie, elle aussi”. - Vous avez un réel penchant exhibitionniste, non ? - Je pense que certaines situations me font devenir exhibitionniste, lorsque j’ai l’impression qu’une certaine complicité va être possible avec la personne qui va me découvrir. Mais je n’aime pas l’exhibition pour l’exhibition. Extrait de Début : “Tu es trempée, petite pute, tu étais encore en train de rêver que tu faisais l'amour”. - Le langage cru est-il un stimulant érotique ? - Pas vraiment, non. Encore une fois, je pense qu’il s’agit d’une question de complicité. Il n’y a pas de mot particulier qui m’excite, tout est une question de moment et de circonstance. Le mot “pute” prononcé ici est chargé de beaucoup d’affection et non pas de mépris. Extrait de Début : “Il m'a appris à serrer fièrement les fesses, pour contenir le plug de caoutchouc qu'il me faisait porter régulièrement”. - Que ressentez-vous quand vous portez un plug ? - Je pense que le plaisir anal est ce qu’il y a de plus fort, que ce soit par la sodomie ou par le fait de porter un plug, il s’agit d’une excitation extrême qui peut être de longue durée par rapport à un orgasme simplement vaginal. Un plug peut maintenir le plaisir pendant plusieurs heures, tout simplement. Un plug est un objet de plaisir extraordinaire, beaucoup plus que des boules de geisha. Je peux conserver un plug toute une nuit. En plus, on a peur de le perdre dans la rue donc c’est doublement stimulant... surtout quand on n’a pas de culotte. Mais le plug ne tombe jamais, c’est dommage ! (rires) Extrait de Début : “Je m'allonge sur le divan d'examen recouvert d'un drap jetable, et lui montre l'endroit de mes petites lèvres où nous avons décidé que je porterais mes anneaux”. - Etes vous fière de porter des anneaux de piercing aux petites lèvres ? - Tout à fait. Je suis même fière quand je vais chez la gynécologue qui est une copine. Quand on met un poids ou un cadenas aux anneaux, cela devient beaucoup plus jouissif. Cependant un cadenas trop lourd suspendu aux anneaux des lèvres finit par être un peu pénible en fin de journée, même si c’est très agréable. Extrait de Début : “Il vient de me poser un petit cadenas d'argent qui pend entre mes cuisses, fermant par sa présence tout accès à ma chatte. Je dois le garder en quasi-permanence”. - Que ressentez-vous lorsque vous portez ce cadenas ? - Ce cadenas est très excitant sensuellement car il montre que le sexe d’une femme est important. C’est un peu comme une ceinture de chasteté. Il témoigne que la personne à laquelle vous êtes attachée ne veut pas que vous soyez utilisée n’importe comment par n’importe qui. Fixé aux petites lèvres, je trouve qu’il est esthétique et son poids vous force à y penser toute la journée. - Vous portez également une longue chaîne en or reliée aux anneaux de vos petites lèvres, suffisamment courte pour les tendre légèrement. - Tout à fait. Ma chaîne se remarque à la plage, inévitablement. Je la porte de toute façon en permanence et c’est extrêmement agréable. Je ne l’ai pas enlevée une seule fois depuis que je la porte, même pour dormir. Extrait de Début : “C'est Catherine, qui s'offre, me supplie de la prendre comme soumise”. - Que ressentez-vous lorsque vous dominez une femme ? - Beaucoup d’émotion. J’ai envie de la choyer, de la prendre dans mes bras, et je suis aussi parfois très sévère car je considère qu’il y a certaines choses qu’une femme n’a pas à accepter d’un homme. Je ne veux pas que les femmes se laissent humilier par les hommes. Quand je suis avec une femme, je lui apprends à s’habiller, à être sensuelle, à être désirable, à savoir aguicher les hommes ou les femmes. Extrait de Début : “Depuis que je suis entré dans votre bureau, mon regard est attiré par l'anneau d'argent cerclant votre cheville”. - Des hommes ou des femmes vous ont-ils interrogée sur la signification de cet anneau ? - On m’a rarement posé de question car la plupart des gens savent très bien de quoi il s’agit : c’est assez curieux d’ailleurs. Cet anneau est un symbole de sensualité, bien davantage qu’un symbole de soumission. Je le porte régulièrement... même s’il a abîmé des quantités de paires de bas. (rires) Extrait de Début : “Un homme peut-il... devenir l'esclave d'une femme ?” - Aimez-vous dominer les hommes ? - Oui, c’est d’ailleurs le thème du deuxième tome de mon récit qui s’intitulera Suite. Bien sûr, j’aime dominer les hommes, mais pas n’importe lesquels, et pas dans n’importe quelles conditions. J’aime dominer une seule race d’hommes : les dominateurs. Et ça marche assez bien ! Extrait de Début : “Anita est jolie, blonde, et ne fait aucune difficulté pour nous accompagner, habituée aux fantaisies des touristes” - Que ressentez-vous lorsque votre Maître vous offre une jeune prostituée ? - Je dois avouer que ce fut une expérience extraordinaire. Nous étions à l’étranger avec un groupe d’hommes, et il y avait ces prostituées dans l’hôtel, elles avaient une vingtaine d’années. Le soir, chaque homme en choisissait une. Nous étions le seul couple et nous avons pris la plus jolie d’entre elles. Sur le coup, j’étais un peu réticente. Elle pensait qu’elle était destinée à l’homme. Je savais parfaitement qu’elle était pour moi. Mais notre rencontre a été quelque chose d’assez exceptionnel et de très sensuel. Je dois dire que j’ai pris beaucoup de plaisir. Elle aussi a pris du plaisir car elle était trempée. Le lendemain, dans le hall de l’hôtel, elle m’a dit “ Ce soir, c’est gratuit ” et c’était un beau cadeau. Extrait de Début : “Nous sommes devenus des clients réguliers d'une boutique spécialisée dans les vêtements fétichistes à Paris. Je sais que mon amant laisse volontairement le rideau entrouvert”. - Quel plaisir ressentez-vous lorsque vous êtes ainsi exhibée ? - Je ressens le plaisir de la complicité. J’ai l’impression qu’on s’occupe de moi et qu’on s’intéresse à moi en tant que femme, c’est comme si on disait : “ Regardez, elle est belle, elle vaut la peine qu’on la regarde ”. À la terrasse d’un café, c’est encore plus génial d’être exhibée devant toutes ces femmes coincées qui ne rêvent que d’une chose : vivre ce que je suis en train de vivre. - Vous avez très souvent le sexe épilé. Est-ce une contrainte ou un plaisir ? - C’est un plaisir car le sexe est beaucoup plus doux et il est très joli. Il faut s’occuper de son pubis avec le même soin que l’on met à s’occuper de ses cheveux. Extrait de Début : “Sous la table, dépêche-toi”. - Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez prodigué une fellation en étant cachée sous une table de restaurant ? - Beaucoup de peur car ce n’est pas évident, beaucoup de fierté d’arriver à faire ce genre de chose, beaucoup de plaisir ensuite. Il faut dire que je savais aussi pertinemment qu’il ne m’arriverait rien. - Dans une aventure que vous avez vécue attachée à un arbre pendant la nuit, vous avez été maintenue dans l'ignorance de votre destination et du scénario. Il est important de ne pas savoir ce qui va se passer pour stimuler votre désir ? - C’est important à partir du moment où je sais qu’il ne se passera rien de dramatique. Il faut avoir une confiance absolue en l’autre pour vivre ce genre de jeux, et j’adore car j’aime être surprise. Ainsi, un jour, à peine étais-je sortie de mon travail que mon amant m’emmenait. Nous sommes passés chercher une amie et nous avons fait 1500 kilomètres sans que je connaisse la destination. Nous avons traversé deux frontières pour arriver à une soirée fétichiste qui se révéla extraordinaire. Extrait de Début : “J'évoque la qualité particulière des relations qui nous lient, moi et mon Maître. Je leur explique qu'en fait, c'est moi la Maîtresse du jeu”. - Pouvez-vous expliquer à nos lectrices pourquoi la soumise est en fait la maîtresse du jeu ? - Tout simplement parce que l’homme est respectueux. S’il ne l’était pas, le jeu n’existerait pas. Je pense que cela devrait toujours être le cas dans une relation sadomasochiste, mais malheureusement peu de gens sont capables de vivre cette relation. - Votre amant a ponctué le livre de ses commentaires durant son écriture ou à l'issue de son écriture ? - Il les a insérés au fur et à mesure, parce qu’ils étaient les bienvenus et parce qu’ils étaient judicieux. - Quels sont vos projets ? - J’ai terminé la suite de Début. Le troisième tome est écrit mais il faut encore le travailler, il sera publié l’année prochaine. Toutes ces histoires sont également autobiographiques. - Qu’aimeriez-vous ajouter ? - Je vis le sadomasochisme comme une histoire d’amour. Morceau choisi : “Il repousse le revers du chemisier, dévoilant ma poitrine libre de soutien-gorge et pince le mamelon qui s’érige instantanément. Je baisse la tête, essaie de contenir la chaleur qui commence à monter dans mes reins. Il pose une main sur ma cuisse. - Écarte les cuisses, montre ce que tu es, dit-il, tout en remontant la jupe qui cache déjà à peine le haut de mes bas. J’obéis, rouge de confusion, laisse la main remonter jusqu’au haut de mes cuisses. Les jarretelles apparaissent, au-dessus de la dentelle, accentuant le contraste de ma peau blanche avant de laisser apparaître mon sexe glabre, entièrement épilé. Sous le regard de son ami, sa main glisse entre les lèvres de mon con, se saisit des anneaux scellés dans la chair des petites lèvres, ce qui suscite un sourire approbateur de leur visiteur. - Je vois qu’elle est bien dressée ! J’espère que le reste est en rapport ! - N’aie crainte, son éducation est encore imparfaite, mais elle est en bonne voie. Je suis envahie par un sentiment trouble, agréable et en même temps dérangeant. Je me rends compte que j’aime cette impression d’être évaluée telle une bête de concours, dans la peau de la call-girl ou geisha destinée à distraire l’invité de marque. Est-ce la peur d’être découverte, ainsi dénudée, impudique, par l’un des convives d’une table voisine qui jette en moi ce trouble si délicieux ?”. Propos recueillis par Zaza. Ce livre SM écrit par une femme soumise française bretonne est livré en 48 heures (jours ouvrables) par la boutique de ZAZA laboutiquedezaza.fr la célèbre boutique SM et fétichiste française. Vous pouvez aussi venir acheter ce livre sadomaso écrit par une soumise française bretonne dans notre très discret sex-shop sadomasochiste à Nantes près de la gare. 186 pages.

Un achat chez Zaza c'est acheter sereinement vos articles érotiques en vente dans une boutique établie depuis 1997
19,00 €     en stock en stock    
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Poppers Super Rush Black label – Poppers à Nantes pas cher
Poppers Super Rush Black label – Poppers à Nantes pas cher
Kennels DVD Chenil pour filles chiennes soumises enculées
Kennels DVD Chenil pour filles chiennes soumises enculées
Paris chic - Une Histoire d'O entre femmes par Andrew Blake
Paris chic - Une Histoire d'O entre femmes par Andrew Blake
Femmes mariées Soumises par leur mari DVD chic français
Femmes mariées Soumises par leur mari DVD chic français
Je suis devenue l’esclave d’une secte sa... - Livre sadomaso
Je suis devenue l’esclave d’une secte sa... - Livre sadomaso
Descente aux enf... - DVD avec une jeune soumise SM française
Descente aux enf... - DVD avec une jeune soumise SM française
J’aime les hommes d’âge mûr - Soumise aux hommes de 50 ans
J’aime les hommes d’âge mûr - Soumise aux hommes de 50 ans
Catalogue de chaussures fétichistes High Heel Factory
Catalogue de chaussures fétichistes High Heel Factory
Canicule - Une femme dominée par son mari et Maître
Canicule - Une femme dominée par son mari et Maître
Commandez par telephone au 02 40 29 21 88
Panier plus
vide
Newsletter
Venez faire vos achats dans notre boutique a Nantes
Catalogues fétichistes gratuits
Téléchargez nos catalogues
Recevez un DVD gratuit
Paiement securise
Livraison 48 heures
Livraison en poste restante
Cliquez ici afin de recevoir chez vous gratuitement le catalogue de La Boutique de Zaza
Qui sommes-nous? | Livraisons et frais de port | Paiements | Notre service après vente | Nos liens | Crédits | Conditions générales de vente
Comment passer une commande ?

Site réservé aux adultes - Protection des mineurs par étiquetage ICRA